• Le joyeux périple des étudiantes d’Idjevan

Le joyeux périple des étudiantes d’Idjevan

20 avril 2018

Merie, Anouche, Sériné, Achkhéene, Lilith sont étudiantes à l’Université d’Idjevan, antenne de son aînée d’Erevan. Avec leur professeur Aïda Mardanian, ces « amoureuses » de la langues de Molière rêvaient de passer de la théorie des livres à la pratique.

Ainsi, depuis le 1er avril, grâce à la générosité et à la mobilisation des membres de l’association des amis du Centre du patrimoine arménien et de l’UGAB, elles ont vu leur rêve devenir réalité.

Cela fait depuis 22 ans que Valence et Idjevan ont noué de forts liens de jumelage. Aussi, cette année, c’est l’école Maestris qui leur a ouvert ses portes. Les jeunes femmes en sont emballées: « Nous avons suivi des cours de publicité, droit, optique, géométrie » avec un bonheur non feint. « En plus, beaucoup ‘élèves connaissent l’Arménie et notre situation » confient-elles avec fierté.

« Nous habitons une région résolument francophone » racontent-elles le regard pétillant de curiosité. Timides elles ? Plutôt réservées mais ouvertes et reconnaissantes de la chance « qui nous est offerte de venir en France. C’est pour nous un voyage inoubliable. Ce qui nous a marqué ? La simplicité des personnes que nous rencontrons. »

« Tout le monde se mobilise pour nous. Ici, le temps s’accélère, les journées sont beaucoup trop courtes ! » avec notamment au programme des voyages à Marseille, Lyon et une fin de séjour à Paris.

Alors elles en profitent au maximum et engrangent les souvenirs et les rencontres. « On veut parler français pour nous exercer au maximum. une fois, un vieux monsieur nous a dit « Je vais vous poser des questions en arménien, mais vous me répondrez en français ! » lanceront-elles dans un éclat de rire ! Il les a séduites. Pas de doutes, elles reviendront.

Clarisse Abattu ©Dauphiné Libéré

facebooktwitterlinkedinmail