• Des étudiants de l’UFAR en stage en Ile-de-France et en Rhône-Alpes

Des étudiants de l’UFAR en stage en Ile-de-France et en Rhône-Alpes

20 avril 2018

Cette année encore, l’UGAB en France, en association avec l’Université française en Arménie (UFAR), a permis à vingt-six jeunes étudiants, parfaitement francophones, d’effectuer un stage d’une durée de sept semaines au sein d’une entreprise ou d’une institution française. Retour sur le succès d’un programme significatif et enrichissant pour ces jeunes étudiants arméniens en droit, gestion, marketing et finance.

Dès la création de l’UFAR en 1995, l’UGAB France s’est engagée à travailler en collaboration étroite avec cette université, afin de proposer des stages en France à ses meilleurs étudiants. L’objectif premier de ce programme est de favoriser l’ouverture des étudiants arméniens sur le monde, mais aussi de compléter les notions théoriques acquises au cours de l’année au moyen d’expériences professionnelles significatives. Ces stages permettent aussi aux stagiaires de s’initier au monde du travail et de confirmer leur attrait pour la discipline qu’ils étudient. Ce programme d’immersion est l’opportunité pour ces jeunes de découvrir la France, sa culture et son environnement de travail. De plus, des visites culturelles des hauts lieux historiques et touristiques de Paris et de Lyon viennent ponctuer leur séjour. À travers ce programme, l’UGAB souhaite développer la collaboration franco-arménienne et favoriser l’échange et l’établissement de liens avec la diaspora arménienne de France.

Cette année, les vingt-six étudiants participant ont effectué leurs stages en Ile-de-France et en Rhône-Alpes entre janvier et mars. Ils ont été sélectionnés par une commission universitaire en fonction de leurs résultats académiques et leur niveau en français. Leur déplacement et leur séjour sont entièrement pris en charge par l’UGAB. L’occasion pour ces étudiants de 4ème année de se familiariser avec la culture française et de se plonger, en immersion totale, dans le monde du travail en France.

Des stagiaires à Paris témoignent

Stefania Ghazaryan est étudiante en licence de gestion à l’UFAR. Elle a eu la chance de travailler au cabinet d’expertise comptable DR et Associés. Ce fut pour elle une expérience enrichissante : « Mes missions étaient variées : saisie de pièces comptables, contribution à l’établissement du bilan comptable, déclaration de la TVA, participation à des missions d’audit et suivi de clientèle. Elles m’ont donné un aperçu complet du travail de comptable. Mon maître de stage était très attentif et son suivi régulier. L’équipe a été accueillante et compréhensive lorsque je rencontrais des difficultés », nous raconte-t-elle. Elle considère avoir « acquis de nombreuses compétences dans le domaine de la comptabilité et de l’audit. » Au-delà de l’aspect professionnel, elle est très contente des activités organisées par l’UGAB. « Les visites (Montmartre, Versailles, le Louvre, le musée d’Orsay, le musée Rodin…) étaient extraordinaires et m’ont permis de mieux connaître la culture française. » Et de poursuivre, « l’approche du travail est similaire en France et en Arménie, mais le volume de travail en France est plus important car le marché est différent. Par exemple, le montant des factures est plus important car les entreprises sont plus grandes et le niveau de vie est plus élevé ». Stefania souhaite poursuivre son Master 1 en Arménie et venir en France pour son Master 2. « Ma famille vit en Arménie, ce sera donc difficile pour moi de partir, mais les conditions de travail sont attrayantes en France, ce qui est motivant. » Elle voudrait se perfectionner dans la gestion afin de travailler à son compte. « Ce stage m’a permis de comprendre ce que je veux faire : continuer dans la gestion stratégique et m’orienter vers plus de communication. »

Artur Simonyan est, quant à lui, en quatrième année de licence de droit. Avant d’intégrer l’UFAR, il ne parlait pas le français et l’a appris grâce aux cours de langue intensifs à l’Université. Il a déjà eu des expériences professionnelles en Arménie auprès des Nations unies et de Transparency International. De plus, il préside une ONG de défense des droits de l’homme en Arménie, présente dans les régions rurales. Dans le cadre du programme, il vient d’effectuer son stage à la Mairie du 15ème arrondissement aux côtés du directeur de cabinet du Maire. Ravi de cette nouvelle expérience, il témoigne : « J’ai pris part à la promotion des valeurs européennes, à la rédaction de projets et ai assisté à diverses conférences. De plus, j’ai contribué à l’élaboration d’une campagne d’information à destination des habitants du 15ème pour qu’ils déposent leurs projets par voie électronique. » Ce jeune homme de 21 ans dit avoir compris, grâce à son stage, qu’il y a encore beaucoup à faire pour améliorer la situation en Arménie, notamment en matière de démocratie, d’égalité et de droits de l’homme. « Je pense qu’il faut prendre exemple sur ce qui est fait en France. » Plein d’ambition, Artur veut continuer ses études en droit supranational jusqu’au doctorat qu’il veut consacrer à l’harmonisation du droit de l’Union européenne et de l’Union Économique Eurasiatique.

En plus des nombreuses visites culturelles et de découverte organisées notamment dans le cadre du programme, les étudiants ont eu aussi l’opportunité de se rendre à la bibliothèque Nubar de l’UGAB et d’échanger avec son directeur, de faire la connaissance de membres de la diaspora arménienne de France et de visiter l’Ambassade de la République d’Arménie à Paris.

Une réception organisée le 28 février au siège de l’UGAB France a permis, avec la participation de la présidente de l’UGAB France et de son équipe, du recteur de l’UFAR et de plusieurs maîtres de stages, de dresser le bilan de cette expérience 2018 et de se féliciter de l’impact très positif du programme sur les jeunes.

facebooktwitterlinkedinmail