• L’UGAB a l’immense peine d’annoncer la disparition de Louise Manoogian Simone, présidente visionnaire et bien-aimée

L’UGAB a l’immense peine d’annoncer la disparition de Louise Manoogian Simone, présidente visionnaire et bien-aimée

20 février 2019

Figure centrale de la vie arménienne contemporaine et présidente admirée et respectée de l’UGAB, Louise Manoogian Simone laissera une marque indélébile d’espoir et d’inspiration pour son dévouement à l’égard du peuple arménien, de sa patrie et de l’Eglise arménienne.

Son décès récent attriste profondément la famille mondiale de l’UGAB, pour laquelle elle a servi avec générosité et distinction, en tant que que première et unique dirigeante féminine de l’organisation, d’abord comme membre du Conseil d’administration central puis Présidente internationale pendant 12 ans. 

Suite à l’annonce de sa disparition, Berge Setrakian, actuel président de l’UGAB, alors vice-président sous la direction de Louise Manoogian Simone, l’a décrit comme une femme pionnière en avance sur son temps : « Elle a mené l’UGAB à travers de nombreux défis pour qu’elle devienne aujourd’hui une force motrice au service du succès et du développement des Arméniens dans le monde. Elle était un modèle pour tous ceux qui avaient la chance de travailler à ses côtés et d’apprendre de son esprit brillant. Avec son esprit idéaliste mais toujours pragmatique, efficace et sage, elle a su surmonter tous les obstacles et trouver les solutions adéquates pour des résultats durables ».

La vie de Louise Simone a été d’une grande destinée. Durant son mandat, elle fut la première à mettre en œuvre l’effort humanitaire massif suite au séisme de 1988 en Arménie ; elle apporta aide et réconfort aux victimes et aux familles déchirées par la Guerre du Haut-Karabagh ; elle contribua à la renaissance d’une Arménie indépendante, l’aidant à surmonter les épreuves héritées d’un système socio-économique et éducatif en ruine.

« Louise Simone œuvrait chaque jour sur des problématiques innombrables, menant les éléments mouvants de l’organisation avec grâce tout en maintenant les programmes éducatifs, culturels et artistiques existants de l’UGAB dans toute la diaspora » déclare Berge Setrakian.

Parmi les réalisations dont Louise Simone était la plus fière, il faut citer la création de l’Université Américaine en Arménie, des centres pour enfants de l’UGAB et des soupes populaires pour personnes âgées qui continuent aujourd’hui encore de prospérer en Arménie, grâce à sa vision et son leadership.

Cliquez-ici pour lire la déclaration officielle de la fondation Manoogian Simone

facebooktwitterlinkedinmail